Généralités sur l’hyperhidrose

La sudation excessive ou hyperhidrose

La transpiration est un phénomène physiologique, ce n’est que lorsqu’elle devient INVALIDANTE que l’on parle d’hyperhidrose.
Ces hyperhidroses contrairement aux idées préconçues sont relativement fréquentes (125 000 cas en France). Nous pouvons tenter d’expliquer la discordance entre cette fréquence et la notion qu’en ont les médecins, par la résignation des personnes atteintes par cette pathologie, qui connaissent par expérience, le peu de résultats des traitements jusqu’alors proposés.
L’hyperhidrose est en général bien dissimulée et ceux qui en souffrent mettent en œuvre toutes sortes de stratagèmes pour cacher leur invalidité. Cela va de la collection de mouchoirs dans la poche ou dans le tiroir du bureau (mains moites), au changement pluri quotidien des chaussures (transpiration plantaire) ou des chemisiers (transpiration axillaire), jusqu’à l’évitement social complet.
Les glandes sudorales eccrines des patients atteints d’hyperhidrose ne montrent pas d’altération significative par rapport à celles des individus normaux. Que ce soit anatomiquement, numériquement, aucun changement tant histochimique, qu’histologique n’a pu être détecté sauf peut-être au niveau de rares nævi sudoraux.

Topographie

Le Docteur Adar a tenté dans son étude sur cent cas de répertorier les fréquences respectives des différentes localisations de la transpiration excessive. Il s’avère que c’est la face palmaire des mains et des doigts qui transpire le plus, en association avec :

  • les pieds 83% des cas
  • les aisselles 53% des cas
  • la face 1% des cas
  • le cou, tronc, jambes 12% des cas

Cependant, il est inhabituel de trouver le pied affecté à un degré aussi important que les extrémités supérieures.

Laisser un commentaire