Les glandes sudorales

glandes eccrine et apocrine

Grâce aux glandes sudorales, la transpiration joue un rôle capital dans la thermorégulation de l’homme. Elle lui permet d’assurer l’homéothermie indispensable à ses métabolismes, malgré les variations du milieu extérieur. Il existe deux variétés de glandes sudorales : eccrines et apocrines. Seules les glandes eccrines assurent cette fonction. Elles sont l’apanage de l’homme (et du cheval) à l’inverse des glandes apocrines odoriférantes localisées aux aisselles et aux régions génitales dont le rôle sexuel se trouve partagé avec le reste du monde animal.

Les glandes eccrines

Elles sont réparties sur l’ensemble du corps à l’exception des régions anales, orales et génitales. Elles sont responsables du plus grand volume de transpiration.

Histologie

Ce sont des glandes exocrines simples pelotonnées.
Elles comportent :

  • une portion sécrétoire représentée par un tube extrêmement contourné et pelotonné sur lui-même situé dans la région profonde du derme, voire dans l’hypoderme superficiel. Sa structure est faite d’un épithélium cubique simple, les cellules reposent sur une lame basale dont elles sont séparées par des cellules myoépithéliales.
  • un canal excréteur gagnant la surface de l’épiderme par un trajet hélicoïdal. Dans sa portion intradermique il s’agit d’un canal dont la paroi est faite d’un épithélium cubique bi stratifié. Dans son trajet intra épidermique le canal excréteur ne possède pas de paroi propre. Son diamètre moyen est de cinq à dix microns.

Support vasculaire

Il est riche, provenant d’une artériole hypodermique qui se divise en trois ou en quatre petites branches qui forment les mailles d’un filet autour de la portion sécrétoire de la glande sudorale.

Laisser un commentaire